Il me semble l'avoir dit dans le billet précédent, je déteste le PSG depuis toujours. Et ça n'a fait qu'empirer durant des années, jusqu'à ce que l'évidence arrive : le PSG n'est plus au top, on peut donc passer de la haine à la pitié sadique.

Mais, me direz-vous, pourquoiiiiii tant de haine ?

Oh, mais il y a des tonnes de raisons, si on veut bien se donner la peine de les chercher. Tout y est à chier.

  • les dirigeants


Les premiers (1975-1990 environ) avaient un look si vulgaire qu'on les croirait sortis d'un casino de Deauville, d'un hôtel de Marrakech ou d'une boutique de fringues du IIe arrondissement.

HECHTER
Daniel Hechter, top classe, le canapé


borelli
Francis Borelli, sa tignasse de parvenu et lui



Ensuite, ce furent les années 90, époque sombre ou Canal + était à la mode (oui, je sais, c'est dur à croire, mais une époque aussi horrible a bel et bien existée).

denisot_0000_denisot00
il fait un peu peur, non ?


BIETRY
charles bietry : il fut le plus nul commentateur de foot et dirigeant du PSG. Logique



Après Canal, le club changea de main, mais la vulgarité dirigeante resta dans la tradition.

charles_villeneuve_psg_re
Charles Villeneuve : télé-poubelle, bronzage-poubelle, club-poubelle



Robin_Leproux_250x250
Robin Leproux, vous le connaissez pas mais il est laid, hein ?



En conclusion de cette étude scientifique des dirigeants du Paris-Saint-Germain-en-Laye FC (nom officiel du club, ah ah, ridicule ! ), on peut dresser le portrait-robot archétypal du président du PSG.


Le voici :

Jacques_Seguela_closer_star_large
sans Rolex, avec bronzage orange





  • les fans people



Le PSG est supporté par tout ce que Paris compte de personnalité dans le ton du club : vulgaires. Vous me croyez pas ? Alors regardez ce qui suit, c'est la liste des supporters people du PSG :

Patrick Bruel - Jean Paul Belmondo - Jamel Debbouze - Guy Carlier - Julien Clerc - Booba - Joey Starr - Bernard Laporte - Sefyu - Ladji Doucouré - Yannick Noah - Mouss Diouf - Francis Cabrel - Jean-Luc Delarue , MC Jean Gab'1 - Michaël Llodra - Patrick Timsit - Dominique de Villepin - Nicolas Sarkozy - Élodie Gossuin Cyril Hanouna -David Douillet - Loránt Deutsch, Pierre Ménès - Gad Elmaleh - Rohff - 113 - Enrico Macias - Nagui - Gérard Darmon - Christophe Dechavanne - Daniel Riolo - Henri Salvador - François Hollande - Christophe Dominici - Philippe Lucas - Adamo - Malek Boutih Elie Chouraqui - Richard Gasquet - Michaël Youn - Tony Parker - Samuel Le Bihan - Jean-Luc Lemoine - Dominique Farrugia- Olivier Besancenot - Paul Henri Mathieu - Max - Jean-François Lamour - François-Xavier Demaison - Roschdy Zem - Kery James

(J'ai souligné les cas les plus graves)

Le bilan est effrayant ! Des tennismen français (la lose dans sa splendeur), le show-biz le plus vulgaire, les cailleras du rap, des acteurs has-been, des mecs de la télé, des hommes politiques parmi les plus nuls, corrompus, des chanteurs atroces, sérieux, imaginez vous à une soirée avec cette brochette de fans du PSG. L'horreur. L'enfer.


  • Les supporters



Le supporter du PSG, tel l'animal de la savane, a un sens très aigu du territoire. Il se partage ainsi le Parc des Princes, ou l'on retrouve les deux sous-espèces de la branche de part et d'autre du stade. Ces deux espèces, quoique aussi nuisibles l'une que l'autre, ont toutefois des caractéristiques qui permettent de les différencier. Au péril de leur vie, l'ensemble des photographes de Lingane a réussi à se procurer les deux clichés suivants :

himmler2
Du côté "Boulogne", nous avons le supporter nazi.



la_haine
Et du côté "Auteuil", les supporters racaille


Attention : il est dangereux de s'aventurer sur ces deux territoires trop longtemps : du côté Auteuil, vous seriez vite asphyxiés par l'épaisse fumée de shit qui plane en permanence ; du côté Boulogne, vous risqueriez de vous casser une jambe en glissant sur les innombrables flaques de vomi dûes à la kro.


  • Le maillot, l'écusson



Le maillot du PSG se caractérise par un assemblage du plus mauvais gout qui soit : le mélange du rouge et du bleu. Avec en plus une bande verticale d'une esthétique désastreuse.

1998
nul, sale, deux.



À titre de comparaison, voici un maillot joli :

589254344_small
c'est tout d'même autre chose !



Bien, passons au blason. L'écusson du PSG est ridicule, comme le reste.

Logo_PSG_1996

on se demande si c'est une baignoire ou un landeau, mais nul doute que le graphisme soit daté Pompidou



À titre de comparaison, voici un blason classieux :

CD_Tenerife
CD Ténérife. What else ?



  • Le palmarès



Certes, le club a connu une certaine réussite en coupes. Mais ses succès en coupe de France doivent beaucoup à des tirages au sort "heureux", pour dire le moins (liste des derniers redoutables adversaires rencontrés en coupe de France depuis 2007 : Épinal (Division 4), Le Poiré/Vie (D5), Bastia (D2), Carquefou (D5), Amiens (D2), Montluçon (D4), Ajaccio (D4), Rodez (D3), Aubervilliers (D5), Évian (D3), Vesoul (D4)...série en cours).

Certes aussi, le club a remporté une coupe d'Europe, mais il y a coupe d'Europe et coupe d'Europe. Là ou Marseille a remporté la coupe des clubs champions (C1) face au grand Milan AC, le PSG lui, a remporté la plus faible, la coupe des vainqueurs de coupe, écrasant en finale le redoutable...Rapid de Vienne. Wouahou.


Quand au championnat, le PSG n'en a remporté que deux, bien que disposant depuis des décennies d'un des trois ou quatre plus gros budgets de la ligue 1, ce qui est bien peu. Et encore, le titre 1986 ne fut qu'un titre-surprise, dû à un départ en boulet de canon, et le second titre (1994, 16 ans déjà...) n'aurait pas été obtenu sans le dépot de bilan du Brest-Armorique car le PSG 1994 ne comptait pas moins de...six (!) Brestois dans l'effectif (Ginola, Lama, Colleter, Guérin, Le Guen, Cloarec).


  • L'état actuel du club


Bien que disposant toujours d'un des plus importants budgets, le PSG a laissé d'autres clubs mieux gérés et se la pètant moins, progresser plus vite que lui. Comme par exemple Lille, Rennes, Lyon, Toulouse (Bordeaux et Marseille ayant toujours été meilleurs). Ainsi, le club ne peux plus viser la lucrative ligue des champions et s'affaiblit d'années en années, et chaque année qui passe voit de nouveaux clubs lui passer devant. Il y a une justice dans ce monde.


Mais nous en arrivons là à ce qui rend vraiment le PSG insupportable :


  • le traitement médiatique


En effet, que le club se traîne dans l'anonymat du milieu de tableau, au sommet ou risque la relégation, les médias (sis à Paris) le traitent toujours et en toute occasion comme s'il était un grand club. Des exemples ? Et bien lorsque Paris perd, dans les JT ou dans la presse, on ne parlera jamais de "la victoire de Machin sur Paris", mais de "la défaite de Paris".

Pourquoi insister là dessus ? Parce que ce n'est pas un détail. Si on insiste sur la défaite de Paris, c'est que l'on considère que c'est une surprise, et donc que Paris est un grand club. Vous saisissez le truc ? Vous voyez en quoi c'est énervant ?

Oh certes, les fans du club, pleurnichards dans l'âme, vous diront que les médias adorent critiquer PSG, mais comment ne pas voir que c'est de l'amour déçu quand un Daniel Riolo ou un Pierre Ménès tapent sur Paris ? Ils rêvent tous de voir Paris au sommet. Ça porte un nom très simple : le dépit amoureux.

Mais ça, les fans du Paris-Saint-Germain-en-Laye ne voudront jamais l'admettre.

Tenez, un autre et dernier exemple, cette vidéo :



Que voit-on ? Des rires ? Voyez-vous, pour ces gens-là, il est anormal (équipe à l'entraineur réputé et bien gérée) que Lorient s'impose 3-0 au Parc des Princes.

D'un autre côté, on peut y voir une justice divine. Les abrutis de fans du PSG souffrent plus qu'ils ne le devraient des défaites de leur club chéri, puisque s'ils étaient lucides, ils ouvriraient les yeux, verraient que leur club est un club de milieu de tableau, qui vaut au maximum une 7e/8e place, et ne s'offusqueraient donc pas d'une défaite 0-3 face à un autre club de milieu de tableau.


On peut donc en conclure que le PSG est un club de merde, et c'est bien parti pour continuer, merci.

Demain, nous abandonneront cet intermède sportif pour revenir à la politique et aux dentistes.







*


*


*