J’ai été fortemen frappé il y a dix ans de lire Houellebecq écrire « la France glisse doucement vers le niveau des pays moyen-pauvres ».

et bien on y est.

(Inutile de vous bassiner avec des chiffres, vous devez bien le voir autour de vous. Eussiez-vous imaginé, circa 1979, les supermarchés hard-discount qui semblent parfois tout droit sorti de Moldavie ou de Bolivie ?)

Comment est-on passé des trente glorieuses à cette merde intégrale ?

Et d'abord, comment sont-elles apparues, ces fameuses décennies ?

Hypothèse :  et si l’état-providence n’était pas né en 1945 mais en…1922, avec le fascisme, d’abord en Italie puis dans presque toute l’europe ?

Destiné de prime abord à répondre à la menace communiste, puis, dans les années 30, à l’effondrement du libéralisme, le modèle aurait été démocratisé après-guerre, encore une fois pour répondre au communisme.

Ça me semble assez cohérent, comme hypothèse, non ?

 

650342862_small
petit patron style trente glorieuses

 

Mais, vingt ans plus tard, la machine s’est déréglée, sous la pression de plusieurs facteurs :


-complots des riches pour payer moins d’impots et lobbying des libéraux, (hypothèse de Serge Halimi, dans le grand bon en arrière (Fayard 2004)


-mentalité changeante des peuples sous l’influence de la prospérité et du confort (hypothèse du vice intrinsèque à l'homme et de la thèse pessimiste qui veut que les valeurs de solidarité et d'entraide ne s'affirment que dans un milieu de pauvreté)


-logique interne du parlementarisme (parlement= élections = démagogie clientéliste + fric = contre l'intéret général + corruption et lobbyes puissants


-logique des rendements décroissants de la technique (du 22 à Asnières on passe à l'âge d'or consistant à pouvoir parler à un interlocuteur humain (dingue!) par exemple dans une gare (et chaque gare SNCF possède son propre numéro de téléphone (ultra-dingue!)), puis on passe à notre époque ou joindre une personne à la CAF relève de la geste héroïque de la Table Ronde)

-faiblesse monétaire due à la logique interne du CAPITALisme qui exige et nécessite l’usure (l'usure nécessite une angmentation croissante de la masse monétaire, donc une croissance économique -la croissance zéro se traduisant ainsi non pas par une simple stagnation mais par un appauvrissement puisque pendant que la croissance économique stagne, les intérets des usuriers ne connaissent jamais de repos)


-fin du prix anormalement bon marché des marchandises (1973 ne fut que le début de la prise de conscience de la préciosité des matières premières énergétiques, notamment le pétrole)

-baisse de la presssion communiste (le dynamisme idéologique, géopolitique, militaire, économique, de l'URSS entre en déclin, nul besoin pour les classes capitalistes de proposer un contre-modèle attrayant au modèle communiste)

 

Alors il peut manquer des facteurs, à cette explication de la mort des Trente Glorieuses (même si je pense que l'essentiel est là), il manque aussi le taux relatif d'importance de chaque facteur, mais bon, vous avez déjà là quelques données synthétisées.

 

je_sais_rien_mais_je_dirai_tout_1973_4420_1031255514
PDG style trente glorieuses (allégorie)

*

*

*