Je lis la dépêche suivante :

Le ministre de l'Intérieur a estimé lundi que les propos tenus devant une caméra cachée par Souad, la soeur de Mohamed Merah, dimanche sur M6, constituaient une "apologie du terrorisme et de l'antisémitisme et une provocation à la haine religieuse et raciale".

Bon, déjà, passons sur le procédé assez limite, à croire que M6 et Mohamed Sifaoui (habitué du procédé...) recherchaient justement le buzz.

 

MOHAMEDSIFAOUI
mohamed sifaoui, un type franc

 

Passons aussi sur le fond des propos de la soeur de Merha. Entendons-nous bien : Merha, soeur et frère, sont d'authentiques fils de pute. Tirer à bout portant sur des écoliers, c'est dégueulasse et lâche, point. Dire, comme elle le fait, que Mohamed Merha est un pur warrior, c'est grotesque. C'est juste un connard déraciné, une petite ordure.

(Dire ça, c'est un peu obscène comme le dit Renaud Camus, tellement c'est évident)

Mais sur la forme, que dit notre toutou, Emmanuel Valls ?

Il parle d'apologie.

Je cite la définition du mot par l'Académie : Discours ou écrit qui a pour but la justification, la défense de quelqu'un, de quelque action, de quelque ouvrage.

Depuis quand un propos privé est un "discours" ou un écrit ?

Si j'écris "il faut buter untel", c'est un appel au meurtre. Si je le dis en privé, c'est une opinion.

Du moins je l'espère.

Parce que si maintenant, ce qu'on dit dans le privé est passible de sanctions pénales, alors ça voudrait dire que nous sommes officiellement entrés en dictature. Et parmis les pires.

Donc Valls est soit inculte, soit dictatorial, soit assez con.

*

*

*