Tombé par hasard sur cet OVNI, un poème qui semble sorti tout droit de San Francisco 1956. Enfin, je dis ça, mais je ne connais absolument rien à la poésie contemporaine. Je crains que la beauté de l'artiste, Rafeef Ziadha, soit aussi, et même beaucoup, pour quelque chose dans le fait que cette oeuvre m'a laissé "stuck".

Ça, et le fait que je comprend sa haine du journaliste qui lui pose son indécente question.

 

Alors, comme on est quand même dans le propalestinisme de gôche (l'apartheid des méchants israéliens, gnagnagna...comme si les Palestiniens souhaitaient un état multiethnique, lol quoi), je doublonne avec une artiste de la gauche américaine, féministe en plus (logique, l'égalitarisme mène au féminisme) dont j'ai toujours apprécié le morceau suivant. Même politiquement, à pas mal de passages...