Ce qu'il y a de triste, dans le destin d'Alexandre Latsa, c'est que son but politique (lutter contre le mondialisme libéral à domination américain) est en totale contradiction avec ses propres valeurs (multethnisme, impérialisme). Je sais pas vous, mais moi, si je veux lutter contre la peste, je m'inocule pas le choléra...

Car enfin, mis à part les problèmes économiques, on ne peut pas reprocher à l'Amérique son impérialisme et soutenir systématiquement un impérialisme concurrent. On ne peut pas vitupérer contre le libéralisme américain et soutenir le multiethnisme qui se love si bien dans le cocon républicain-libéral mondialiste.

Enfin, si, on peut. Si l'on n'a aucune conviction profonde autre que le chauvinisme ou le rapport de force.

Ça s'appelle être géopoliticien. Avatar "sérieux" du pitoyable réalisme, qui pollue le champ intellectuel de l'Europe depuis Machiavel (il y avait bien sûr des réalistes avant l'italien, mais ils ne se targuaient pas, eux, d'être cohérents -ce qu'ils ne sont bien évidemment pas).

M. Latsa, donc, suit à 100% les principes de l'impérialisme chauviniste russe. Seuls quelques rares s'y opposent, à Moscou, mais ils sont d'une importance folklorique, hélas.

Lisez plutot quelques extraits de son dernier billet, tout y est : 

-la phraséologie de gauche communiste ("le Kosovo est rattaché à la Grande Albanie (déjà) sous protectorat fasciste italien" ; "sans que ne se pose la question du traitement de la minorité serbe et de l’avenir qui lui était réservé" ; "les chrétiens avaient été victimes de pogroms" ; "La croisade contre le monde communiste")

-le mensonge pur et simple ("en 1913, les serbes constituent encore la majorité de la population" ; "conflit ancestral qui oppose depuis prés de 6 siècles dans les Balkans les Slaves orthodoxes aux fils de convertis de l’empire Ottoman" ; "de 1991 à 2008, une seule et même logique a animé les stratèges américains: la destruction de la Serbie" ; "La création de la grande Albanie est une nouvelle allumette jetée, une allumette qui pourrait créer une étincelle et déclencher un nouvel incendie dans le brasier balkanique. Cet incendie aurait pour conséquence d’affaiblir un peu plus l’Europe, mais aussi de déstabiliser un peu plus le monde orthodoxe" )

Passons sur la phraséologie de gauche (bien qu'elle soit révélatrice en soi, car une idéologie impérialiste ne peut s'appuyer que sur un discours nietzschéen-cynique ou sur un discours gauchisant. Pas de troisième voie), pour éclaircir quelques mensonges.

1-Le Kosovo est majoritairement albanais, mais c'est récent : FAUX. Et ce n'est pas moi qui le dit, il suffit de jeter un oeil sur les précieuses cartes ethniques (elles sont de toutes origines, hongroises, françaises, allemandes, anglaises...).

 

carte de 1861 : majorité albanaise
1861

carte de 1867 : majorité albanaise
1867

carte de 1877 : majorité albanaise
1877

carte de 1880 : majorité albanaise
1880

carte de 1897 : majorité albanaise
1897

carte de 1898 : majorité albanaise
1898

carte de 1912 : majorité albanaise
1912

carte de 1914 : majorité albanaise
1914

 

 2-Les Serbes sont chrétiens et les Albanais musulmans. BIAISÉ. Oui les Serbes sont chrétiens, mais ça ne les a pas empêché de guerroyer contre les catholiques croates ou contre les...chrétiens albanais, car l'Albanie est peuplée d'un tiers de chrétiens, de 40 % de musulmans et un tiers d'athées. Autant pour le choc des civilisations... De plus, il y a eu aussi des convertis serbes à l'islam : ce sont les actuels "musulmans de Bosnie".

3-Les méchants américains, de 91 à 2008 ont voulu "anéantir" la Serbie. LA FAUTE À QUI ? Que les Ricains aient poursuivi ce qu'ils estiment être leurs intérêts stratégiques dans la région, c'est logique, mais il faut bien dire que les Serbes les ont bien aidé. Encore et toujours à cause de l'impérialisme. En effet, si les Serbes avaient laissé tombé leur chauvinisme et leur impérialisme, laissé la Slovénie et la Croatie devenir indépendantes en paix, préparé un plan de partage ethnique de la Bosnie, reconnu que le Kosovo était albanais, l'OTAN aurait eu beaucoup de mal à justifier le moindre bombardement. Et ils auraient peut-être aussi gardé le Monténégro (qui semble, du moins à nos yeux, une sorte d'occitanie serbe dont l'indépendance ne paraît pas nécessaire, mais il faut avouer que nous ne connaissons pas trop ce peuple).

4-La naissance de la "grande Albanie" (c'est-à-dire de l'Albanie tout court, avec toute sa population, rien d'impérialiste là-dedans) risque de provoquer une guerre. AH BON ? Et pourquoi ? Qui déclencherait une guerre pour aller contre la vérité du Principe des Nationalités, sinon les impérialistes serbes ? Ce n'est pas le nationalisme albanais qui pourrait déclencher une guerre, mais l'impérialisme serbe. De même qu'en 1914, c'est l'impérialisme autrichien qui a tout déclenché. (Autant dire qu'ils me font bien marrer, les géopoliticiens qui voient encore en l'Autriche-Hongrie un facteur de stabilité, et qu'ils ont l'air fin, les réalistes, malgré les innombrables faits qui démentent leurs thèses, qui ricanent, encore de nos jours, sur les lubies de Napoléon III. Et pourtant, c'est Louis-Napoléon qui avait raison, et tort Bainville et toute la clique de pontifiants géopoliticiens.

Portrait-Of-Emperor-Louis-Napoleon-III,-1853