07 janvier 2010

psychologie des médecins

J'ai toujours éprouvé des sentiments ambivalents vis à vis du corps médical. Songez-y plutôt. Voilà des gens qui passent leur vie à voir des malades, la souffrance, la mort, de la bidoche, des cadavres disséqués pendant les études ; des gens qui savent que les bonnes nouvelles sont toujours provisoires et que la maladie, la mort, gagnent toujours à la fin.A première vue, on pourrait se dire "quel dévouement", "quel courage", 'quelle abnégation", "que ferait-on sans eux", etc.Certes, certes...Mais... [Lire la suite]