J'ai trouvé récemment sur ce blog libéral l'affiche suivante :

002

Le message est clair : nous sommes seuls contre tous, nous pauv'libéraux, avec nos 12 000 blogs, nos millions de dollars de think-tank, bla bleu bli blo blu.

Mais en fait, cette posture est reprise par les autres camps.

Par exemple, sur un blog mélanchoniste :

003

 

Toutefois, ces braves ironistes prendraient au premier degré l'affiche suivante :

004

La réalité est que libéraux et socialistes, Obama et Bush, Sarkozy et Aubry, Mélanchon et Ducon-Gnangnan, comme ils l'ont toujours fait par le passé, uniraient leurs deux côtés du triangle pour combattre le troisième, nommé bête immonde. Ces fausses victimes, vrais dominants sont prêt à avaler n'importe quelle couleuvre (Mélanchon président pour un Guy Millière ; Sarkozy président pour un Emmanuel Todd) du moment que la clé de leur pouvoir reste intacte.

Cette clé, vous l'aurez compris, c'est le clivage droite-gauche.

Mais alors, me direz-vous, je tombe aussi dans le victimisme ?

Matériellement, oui, mais... les faits sont têtus, la réalité est juste. Ce système, basé sur l'intérêt, le crédit et l'égalitarisme matérialiste libéralo-communiste (j'y reviendrais si ça vous semble pas clair) est à bout de souffle. Tel Indurain, Armstrong ou l'armada espagnole, il a bénéficié d'un dopage lourd : le pétrole, qui permettait de faire passer la pilule (disons plus clairement : le gros gode-ceinture à 8cm de diamètre) dans le cul de Populot.

tp
le terrible combat droite-gauche

Mais voilà, pétrole s'en va et le frigo se trouvera dépourvu, bise et essence à 3 euros venu.

Patience, donc.

En attendant, il ne faut pas seulement songer au renversement du paradigme (gauche/droite) mais à l'après.

Un après qui ne peut être que monarchique, quoi qu'on en dise.

drapeau

*

*

*